Dis « bonjour » en chinois, ou comment enseigner le français à un chien

Lors d’une formation en comportement canin avec Jean Lessard, il donnait cet exemple : « Dites bonjour en chinois! » Personne dans ce groupe ne savait le dire. Alors Jean répétait sur un ton impatient : « Allez! Dites bonjour en chinois! » Bien sûr, la demande est restée sans réponse. Le chien, comme l’humain parfois, ne comprend que sa propre langue. Assis, couche, reste, tous ces mots sont vides de sens pour Fido. Pour lui, le mot « assis » a autant de sens que le mot « anticonstitutionnellement ». Il faudra donc enseigner le français à votre toutou, ou du moins, lui enseigner les mots qu’il devrait comprendre pour faciliter votre cohabitation.

 

Éduquer positivement

Quand on fait une demande à un chien, que ce soit de s’asseoir ou de se coucher, on lui demande en fait de travailler pour nous. Votre chien n’est pas fou (pas qu’il soit contre un peu de bénévolat, mais il a ses limites, tout de même…), il préférera travailler pour un « salaire » qui peut prendre la forme d’une gâterie ou d’une séance de jeu. Et il ne répétera que les comportements payants! En comprenant ceci, nous pouvons profiter de son côté capitaliste pour lui enseigner ce que l’on veut, grâce au renforcement positif.

 

La base du renforcement positif

Premièrement, comprenons bien ce que veut dire le mot positif dans ce contexte. En entraînement, il veut dire qu’on ajoute quelque chose. Donc : on demande au chien de s’asseoir, il le fait, on lui donne (ajoute!) une gâterie. Le chien apprend vite que quand il fait ce qu’on lui demande, il a droit à son salaire. Si à chaque fois qu’il s’assoit à notre demande il reçoit une gâterie, vous pouvez être assuré qu’il répétera ce comportement! Et oui, il aura appris la signification du mot « assis ».

Pour commencer, armez-vous de patience, installez-vous dans un lieu sans distractions, et attrapez son sac de gâteries ou son jouet Crocx.

 

Assis veut dire pose tes fesses sur le sol

Il y a deux façons d’enseigner le « assis ». La première consiste à renforcer ce que le chien fait déjà par lui-même. Quand vous voyez votre chien s’asseoir, nommez ce qu’il fait, « assis », puis, donnez-lui une gâterie. Comme le chien s’assoit souvent dans une journée, vous aurez plusieurs occasions de renforcer ce comportement tout en lui apprenant que quand il met son derrière sur le sol, ça s’appelle « assis ».

La deuxième façon, consiste à leurrer le chien en position assise. En lui mettant une gâterie devant le museau, un peu plus haut que sa tête et en reculant votre main vers son derrière il sera forcé de lever la tête en voulant suivre la gâterie. Il n’aura pas le choix de déposer ses fesses sur le sol et à ce moment précis vous lui direz « assis » suivi d’une gâterie.

Dans les deux cas, assurez-vous que votre chien a les fesses au sol quand vous le récompenserez! Vous ne voulez quand même pas que la demande « assis » égale « fais le pogo »!

 

Couche-toi, reste ici, fais le beau ?

Si vous avez bien compris le principe utilisé pour enseigner le mot « assis », vous aurez saisi que ces deux méthodes s’appliquent à toutes les demandes. Allez, soyez créatifs et bientôt votre chien sera un dictionnaire à quatre pattes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *